Le Forum des Affaires de l’OEACP est lancé !

Moins de deux ans après l’entrée en vigueur de l’Accord de Georgetown révisé, qui est l’Acte constitutif du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, le Forum des Affaires de l’OEACP a été officiellement lancé le 21 janvier 2022 lors d’une réunion virtuelle organisée par le Secrétariat de l’OEACP avec le support technique de Business ACP.

« Les dirigeants de l’OEACP ont toujours reconnu le rôle socio-économique crucial joué par notre secteur privé, et en particulier nos micros, petites et moyennes entreprises, pour favoriser le développement durable de nos pays en fournissant des emplois décents, en créant de la richesse, en générant des recettes publiques et des devises étrangères. Cependant, jusqu’à aujourd’hui, nous n’avions pas été en mesure de formaliser la plate-forme à travers laquelle les dirigeants politiques de l’OEACP pourraient s’engager avec le secteur privé de manière constructive via un dialogue public-privé ouvert et inclusif » a rappelé S. E. M. Georges Rebelo Pinto CHIKOTI, Secrétaire Général de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, dans son allocution de bienvenue.

Au cours de cette première réunion officielle, à laquelle ont participé des représentants du secteur privé de toutes les régions de l’OEACP, le Secrétariat a présenté ce Forum des Affaires comme l’un des cinq « Organes subsidiaires et consultatifs » prévus dans le cadre de l’Accord de Georgetown, avec 3 objectifs principaux :

  • Promouvoir le dialogue et la collaboration entre les gouvernements de l’OEACP, les institutions d’intégration régionale et le secteur privé aux niveaux national, régional et continental dans et entre les 6 régions de l’OEACP ;
  • Contribuer à la formulation et à la mise en œuvre de politiques de développement du secteur privé, entre autres, dans les domaines du développement de la chaîne de valeur, du financement des entreprises, des réformes du climat de politique/ investissement et de l’investissement régional, du commerce, de l’accès au financement et de l’harmonisation de politiques industrielles ; et
  • Promouvoir le partage des connaissances et la diffusion d’information sur les questions de développement du secteur privé, y compris l’échange des meilleures pratiques entre et au sein des 6 régions de l’OEACP.

S. E. M. Samuel O. OUTLULE, Ambassadeur de la République du Botswana et Président du Sous-comité Investissement et le Secteur Privé de l’OEACP a déclaré : « Votre présence ici aujourd’hui, bien qu’il soit très tôt ou très tard dans votre partie respective du globe, montre votre engagement envers cette mission très importante de favoriser le dialogue et la collaboration entre les secteurs public et privé. Je suis profondément rassuré par l’enthousiasme manifesté par notre secteur privé réuni ici ce soir et je suis convaincu qu’ensemble, nous saurons exploiter le renforcement et l’innovation de notre secteur privé pour relever de manière adéquate les nombreux défis à venir. »

Au nom du secteur privé, Mme Mmantlha Sankoloba, Présidente par intérim du Forum des Affaires de l’OEACP et PDG de l’Association des Exportateurs et des Fabricants du Botswana (BEMA) a salué les efforts de l’OEACP pour s’assurer que le secteur privé est impliqué : « Je crois qu’une plate-forme comme celle-ci nous offre à tous une chance d’apprendre des bonnes pratiques de chacun et de mener des réflexions sur la façon de surmonter les obstacles. Les expériences d’autres nations sont aussi quelque chose que j’apprécie vraiment, apprendre à explorer les pratiques que chacun d’entre nous a mises en place dans leurs institutions respectives. »

Cette réunion a également approuvé les 12 candidats (2 par région) qui se sont portés volontaires pour siéger en tant que membres initiaux du Conseil d’Administration du Forum des Affaires de l’OEACP: au cours des prochaines semaines, ils éliront le Président et les 5 vice-présidents comme membres du Bureau. Ils seront chargés d’élaborer les documents constitutifs du Forum, de proposer des modalités opérationnelles et de préparer un programme de travail de six mois du Forum des Affaires.